ACCUEIL  |  SYNOPSIS  |  UN CASTING PRESTIGIEUX  |  ETHNOMUSICOLOGIE  |  LA PRODUCTION  |  VIDÉOS  |  CONTACT

ETHNOMUSICOLOGIE - FRANCE

Les Violoneux des Hautes Alpes

« Didier Lockwood et les Violoneux des Hautes Alpe s» rencontres intimes filmées entre Didier Lockwood et des "violoneux" (terme employé sur le département) autour de l'histoire de la musique traditionnelle des Hautes Alpes.

Les rencontres sont encadrées par un musicologue ayant réalisé plusieurs collectes auprès de musiciens des Hautes Alpes et ayant également la parfaite connaissance de ces personnes.

Des Alpes aux Cévennes, de la Savoie au Vercors le violon populaire, instrument privilégié pour la danse, a vécu une histoire riche en péripéties et qui est encore trop méconnue.

Très populaire durant tout le XIXème siècle, il a conduit les noces du Dauphiné au Vivarais avec des marches frénétiques, il a accompagné les aubades sous les fenêtres des filles à marier, mener les farandoles républicaines ou royalistes tambour battant, et a été le maître du bal de la vogue (la vuoto) principal rendez des garçons et des filles des villages et des gros bourgs du Champsaur, du Triéves, de la Matheysine...

Patiemment il a su se constituer un répertoire très complet de l’écoute à la danse, des aubades aux rigodons, des rondes des feux de Carême aux polkas... Au-delà des représentations folkloriques des années 1930, les derniers violoneux (violonaire ou vioronaire) ont même adaptés à leur répertoire bon nombre de javas, fox-trot, valses entendues à la TSF aussitôt recyclées avec brio dans leur univers musical. Les recueils des Folkloristes du XIXème siècle à nos jours, l’enquête de Roger Devigne 1939, et surtout les collectes des années 1970-1990 dans la vallée du DRAC témoignent de l’originalité de ces pratiques, en lien direct avec celle du chant (Renveillés, chant au tra la la…) intensément vécu par tous dans la société rurale.




Jeu des doubles cordes de type bourdons, modes dissonants, ornementations, jeu d’archet très rythmique en liaison directe avec la danse…sont autant d’éléments qui caractérisent ce violon populaire des Alpes dont la pratique a bien failli disparaître. Le renouveau s‘est fait jour lentement et dès la fin des années 1970 toute une génération de jeunes musiciens a pu utiliser les collectes publiées et pour certains même jouer et enregistrer avec les derniers porteurs de cette tradition : Emile Escalle, le violoneux de Molines, maître du jeu en doubles cordes, Camille Roussin le violoneux chanteur d’Aubades d’Orcieres, Augustin Istier le meilleur violoneux du Beaumont à la cadence remarquable…et tous les autres, les violoneux de Laye, Alphonse Martin de Chorges, Joseph Dévoluy de Corps, Félicien Phillipe du Château d’Ancelle, mais aussi la chanteuse Odette Blangras, le « Rossignol du Champsaur », le chanteur du Valgaudemar Joseph Laugier …tous témoignent de la variété et de la richesse d’une culture musicale qui dépasse l’anecdote folklorique. Elle s’est remise en mouvement avec des expériences nouvelles comme le projet Trad’in 05 conduit par Emmanuel Lamic et l’association Kaya ou des relectures a la lumière des sonorités actuelles : Arco Alpino, Rural Café, Drailles, les violons du rigodon… mais où le violon dans sa totale adéquation aux formes musicales anciennes et au rythmes traditionnels, dans sa présence sonore « violoneuse » si particulière assure encore et toujours le lien entre le renouveau et la tradition.



Le 6 Juillet 2012 le « Embrun Trad’in Festival » (Hautes Alpes) fera quant à lui la part belle à ce « revival » du violon en invitant Didier Lockwood pour une rencontre avec cette tradition.


Tous les Violons du Monde © 2015